Non à la franchise médicale, non aux heures sup (juin 2007)

CGT CNAV 37

 

NON A LA FRANCHISE SANTE

Le gouvernement Sarkozy-Fillon vient de décider la mise en place d’une franchise sur les soins.

 

 

De quoi s’agit il ?

Cette franchise est une somme forfaitaire acquittée par le malade avant tout remboursement des soins par la sécurité sociale ou les mutuelles. Cela vaut pour les actes suivants : visites chez le médecin, à l’hôpital, achat de médicaments ou examens médicaux.

Pendant la campagne électorale, le candidat de l’UMP annonçait une franchise d’un montant de 100 euros. Pour rendre la mesure « acceptable », il la chiffre aujourd’hui à 10 euros par « acte » soit 40 euros.

Mais cette concession ne durera pas. Le nouveau président a annoncé que cette somme serait modulable compte tenu des comptes de la Sécurité Sociale.

 

 

Cette franchise va dissuader des patients de se faire soigner pour des maladies à l’apparence, peu sévères, mais qui, faute de soins, risquent de s’aggraver. C’est tout le contraire d’une politique cohérente de santé publique.

Cette mesure pénalisera les patients aux revenus les moins élevés et aggravera les difficultés d’accès aux soins de ceux qui ne peuvent pas se payer une complémentaire.

 Personne ne va se faire soigner pour le plaisir. La question des dépenses de santé n’est pas une question de responsabilisation. Ce projet s’appuie sur la suspicion de l’autre, il entérine l’idée que certains « profitent », « abusent » du système de protection sociale. C’est la stratégie des uns contre les autres, génératrice de haines sociales.

La sécurité sociale n’est pas malade des dépenses de santé des assurés sociaux, mais de son manque de recette dû aux cadeaux faits au patronat (actuellement 23 milliards d’euros

C’est là la cause fondamentale du « trou de la Sécu ». Les nouvelles exonérations prévues pour les heures supplémentaires vont encore creuser un peu plus le déficit, et après les « pompiers pyromanes » du gouvernement viendront nous annoncer que celui ci est insupportable…

 

 S’opposer à la franchise c’est défendre l’assurance maladie solidaire, c’est défendre un système où chacun cotise selon son revenu et est soigné selon son état de santé.

C’est tout le contraire du système assurantiel privé.

La santé n’est pas une marchandise !

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE MARCHE DE DUPES

Le projet de loi du gouvernement sur les heures supplémentaires présenté comme devant permettre à ceux « qui veulent gagner plus de travailler plus » est un véritable marché de dupes.

 

 

 

 

 Qui peut croire qu’un salarié pourra arriver le matin, en se disant « tiens, aujourd’hui, je vais faire des heures sup.… ». Non, au contraire ce sont les employeurs qui sont encouragés à imposer un allongement obligatoire du temps de travail.

 Et même dans ce cas, l’apparence de gains immédiats sera compensée par de nouvelles dépenses (déremboursement des frais de santé, franchise, augmentation de la TVA…). La contrepartie en sera souvent le blocage du salaire de base masqué par des déclarations d’heures supplémentaires réelles ou fictives. Il faudra travailler plus pour gagner pareil !

Cette mesure va creuser les inégalités au détriment des plus bas salaires, des temps partiels imposés, des salariés précaires, des salariés les plus vulnérables vis à vis de leur employeur.

 

Cette mesure est désastreuse pour l’emploi, elle vise à faire travailler plus ceux qui ont un emploi au détriment des conditions de travail et de l’embauche de ceux qui en cherchent un.

 

 

Elle sera chère pour l’argent public. Entre 5 et 6 milliards d’euros la 1ere année, voilà la somme que le gouvernement est prêt à prendre dans nos poches pour allonger le temps de travail et protéger le patronat des exigences d’augmentation de salaires. Cette somme se rajoute aux 23 milliards annuels d’exonérations de cotisations patronales.

La CGT appelle les salariés à se mobiliser dans les entreprises, les branches professionnelles pour obtenir l’abandon de ce projet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire